agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

La rénovation du RER B défendue

La rénovation du RER B, la seconde ligne la plus empruntée d’Europe après la ligne A, est une priorité absolue. Le rachat par ALSTOM d’une des entreprises mandatées pour l’exécution de la commande menace la livraison des nouveaux trains, attendue en 2025. Dominique BAILLY, Maire de Vaujours, se positionne et fait bloc aux côtés d’Île-de-France Mobilités.

En 2016, Île-de-France Mobilités a commandé de nouveaux trains plus capacitaires, plus confortables et plus performants, dans le cadre d’un plan d’urgence de près de 3 milliards d’euros en faveur du RER B et en vue d’une livraison des premiers trains en 2025.
Un consortium des entreprises BOMBARDIER et CAF a été retenu pour la commande mais le constructeur ferroviaire français ALSTOM a racheté fin janvier 2021 l’entreprise BOMBARDIER et le groupe français n’a pas confirmé qu’il honorerait le contrat.
La Présidente d’Île-de-France Mobilités, Valérie PECRESSE, a adressé ce 5 mars un courrier appuyé par de nombreux signataires, dont le Maire de Vaujours, Dominique BAILLY, au Président-Directeur Général d’ALSTOM afin que le consortium ALSTOM et CAF honore sans délai le marché. Des membres du conseil d’administration d’Île-de-France Mobilités, des représentants d’associations d’usagers et des élus se sont joints à la signature de cette lettre. Île-de-France Mobilités envisage un recours devant les juridictions compétentes ainsi que la modification de ses futurs appels d’offres, en introduisant une clause de « loyauté » si le contrat n’était pas respecté.