agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Gestion du parc de la Poudrerie

Le vendredi 17 mars 2017 a eu lieu la signature de la convention de transfert de gestion du parc de la Poudrerie qui garantit la gestion du parc pour l’année 2017.

Avec un million de visiteurs par an, le parc forestier de la Poudrerie constitue un fleuron patrimonial et naturel du territoire de la Seine-Saint-Denis, dont il convient de veiller à la préservation et au maintien de l’accès à tous les habitants.

La convention de gestion associant l’état, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis et l’Agence des espaces verts de la Région Île-de-France étant arrivée à échéance le 31 décembre 2016, la mobilisation des habitants, des associations et des élus a permis d’engager une concertation entre les services de l’état et les collectivités locales.

Ce travail a permis d’élaborer un projet de transfert de gestion pour un an, de l’état au Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, associant l’ensemble des villes concernées.

La convention signée par la Présidente de la région Île-de-France, Madame Valerie Pécresse, le Président du Conseil Départemental  de Seine-Saint-Denis Monsieur Stéphane Troussel, le Préfet du département Monsieur Pierre-André Durand et les maires de Livry-Gargan, Sevran, Villepinte et Vaujours, transfère la gestion du domaine du parc et engage l’état à financer des travaux de dépollution du parc à hauteur maximale de 70 000 € en 2017. L’état s’engage également à allouer une aide maximale de 2 millions d’euros en 2017 pour la mise en sécurité et la réhabilitation de bâtiments dégradés au titre du Fonds de Soutien à l’Investissement Public Local (FSIPL). La convention engage le Conseil Départemental et le Conseil Régional à prendre en charge à parts égales les coûts de gestion pour l’année 2017 dans la limite globale de 900 000 €.

Enfin, un groupe de travail rassemblant différents partenaires a été mis en place pour élaborer un « projet d’avenir » du parc de la Poudrerie visant à construire un cadre pérenne pour l’avenir du parc et à explorer des partenariats et des financements innovants.

Les villes se réjouissent de cette signature qui permet au parc de rester ouvert au public. Elles commencent un travail partagé sur son avenir, en lien avec les associations, notamment les Amis du Parc, pour définir l’avenir des bâtiments présents dans le parc.