agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Fénelon, du château à l’école

En 1761, Armand Jean-Philippe de Maistre hérita de la Seigneurie de Vaujours de Madame de Nantiat. Il fit démolir cette demeure en 1770 qui n’était plus au goût du jour et reconstruit ce nouveau château pour donner plus de luminosité avec de nombreuses fenêtres.

En savoir plus sur Fénelon, du château à l’école

La famille De Maistre a vécu dans ce château jusqu’en 1834. Inhabité pendant 6 ans, l’abbé Dubeau l’a loué dès 1841 pour y fonder un asile pour les enfants pauvres et orphelins, puis vient la création de la Société Fénelon en 1845. Jusqu’en 1908, ce sont les Frères des écoles chrétiennes qui gérèrent l’établissement avant que la continuité ne soit assurée par les laïcs.

Aujourd’hui c’est une école de l’enseignement privé de la maternelle aux lycées.Classé au titre des Monuments Historiques en 1974, ce bâtiment possède non seulement de petits trésors artistiques et architecturaux mais il est aussi le témoin de tranches de vies, de périodes heureuses ou plus difficiles. On y compte aussi des élèves illustres comme Edmond Michelet.

Ce ministre d’Etat du général de Gaulle et du Président Pompidou y arrive le 1er juin 1907.La vocation horticole, qui fait aujourd’hui la réputation de l’établissement, existe depuis la fin du 19e siècle. Les Frères des Ecoles Chrétiennes transforment le parc en potager et prairies afin de subvenir le plus possible à leurs besoins.

La production horticole assure une partie de l’alimentation (légumes frais, légumes secs, blé, avoine, seigle). Une serre fut construite en 1880 ainsi que des puits dans le jardin, des réservoirs très vastes et une éolienne en 1894 avec un bâtiment adjacent contenant une machine à vapeur. Aujourd’hui, l’Ecole Fénelon, qui est un ensemble scolaire regroupant 2000 élèves, a conservé une partie de sa vocation