agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Contre la privatisation d’ADP ?

Si vous souhaitez affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aéroports de Paris, apporter votre soutien à la proposition de loi de l’Assemblée Nationale.

Actuellement, l’Etat français détient 50,6% du capital du groupe ADP en charge de l’aménagement et de l’exploitation des plates-formes aéroportuaires de Paris (Paris Charles de Gaulle – Paris Orly et Paris Le Bourget). Malgré un chiffre d’affaires de 3,6 milliards d’euros en 2017, l’Etat décide de se séparer de ses parts, estimées à près de 9 milliards d’euros.

La privatisation d’ADP est prévue dans la loi PACTE (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) adoptée par le Parlement le 11 avril 2019 et promulguée le 22 mai 2019.

A l’Assemblée Nationale, des député(e)s se sont mobilisés pour que les Français(e) puissent s’exprimer sur ce point. Un référendum d’initiative partagée (RIP) a donc été mis en place afin que vous puissiez indiquer, si oui ou non, vous souhaitez la privatisation des trois Aéroports de Paris.

L’Assemblée Nationale propose une loi visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris. Il est précisé qu’ADP est une société florissante qui a connu une augmentation annuelle moyenne de 3,8% de ses revenus et de 10% de son résultat net part du groupe sur les dix dernières années. Il est aussi rappeler que ces aérodromes jouent un rôle central dans l’aménagement du territoire d’une part, et dans l’accès des Français aux lignes aériennes long-courrier, d’autre part.

Aujourd’hui, il revient au peuple Français, par voie de référendum, de pouvoir affirmer ou non le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris.

Quelle démarche suivre pour dire “NON à la privatisation” ?

Connectez-vous sur le site Internet https://www.referendum.interieur.gouv.fr
Cliquez sur “déposer un soutien”
Cochez la case correspondant à la proposition de loi et cliquez sur “suivant”
Remplissez le formulaire puis validez votre soutien.
Une page récapitulatif vour permet ensuite de vérifier vos informations. Attention : vous devrez entrer un code indiqué sur une image pour valider votre soutien (respectez bien les minuscules et majuscules).

A l’issue de la consultation, si le nombre de soutiens est atteint (au moins 10% des citoyen(e)s inscrit(e)s sur les listes électorales), le parlement aura 6 mois pour examiner la proposition de loi. S’il ne le fait pas dans ces délais, le Présidence de la République la soumettra directement aux Français, qui pourront choisir de l’adopter ou de la rejeter.

Date limite de dépôt des soutiens : le 12 mars 2020.
A noter : vous aurez besoin de votre carte d’identité pour enregistrer votre soutien.